Des postiers futurs retraités témoignent.

15 mai 2018

Appel à  témoigner de futurs retraités postiers ! Nous vous relayons le mail envoyé par l'agence de presse qui recherche de futurs retraités ou jeunes retraités postiers dans l'émission "Elle est pas belle la vie" diffusée  sur France 5.
Bonjour,
Je suis journaliste pour l'agence de presse « Elle est pas belle la vie ! » Depuis 12 ans, l'agence produit pour France Télévisions et TF1 de nombreux documentaires. Voici notre site internet:
 http://www.lpbv.fr/
Je fais des recherches pour un éventuel documentaire d'une heure consacré aux nouveaux retraités.  L'objectif serait de filmer pendant plusieurs mois  3 ou 4 personnes qui cessent de travailler. Certains attendent la retraite depuis des années, d'autres appréhendent un peu ce "vide". Quoiqu'il arrive, c'est un moment crucial et parfois délicat.
Nous aimerions filmer un postier qui justement se prépare à prendre sa retraite. Dans l'idéal, une personne ayant fait toute sa vie professionnelle ou une grande partie au sein de la Poste. Nous aimerions l'accompagner sur ces dernières tournées, voir comment il prépare ce départ. J'imagine qu'au fil des ans, il a noué des liens forts avec les habitants de la commune qu'il gère et avec ses collègues. Dans le village, c'est peut-être une figure locale qui s'en va et un lien social évident. Comment vit-il ce départ? Quels projets a-t-il pour la suite? Certains vont peut-être en profiter pour changer de vie, faire le tour du monde, construire un bateau, se lancer dans une mission humanitaire, reprendre des études, concrétiser un vieux rêve un peu fou...
Connaissez-vous des postiers dans cette situation? Si oui, pouvez-vous me mettre en relation avec elles ?
Je vous remercie pour votre précieuse aide,
Bien à vous,
Eléna
---
Eléna Le Runigo
Journaliste
Agence de presse "Elle est pas belle la vie!"
elena@lpbv.tv
01 83 95 45 51
07 82 16 33 92

Paris tri interarmées.
Plus aucune trace !

2 mai 2018

Voici en quelques photos l'état d'avancée des travaux de ce qui était encore l'an dernier le dernier vestige du centre de tri des armées de Reuilly-Diderot, son épaisse dalle en béton en rez-de-chaussée où le courrier destiné aux militaires (services et privés) entrait pour traitement côté gauche et en ressortait côté droit pour des expéditions plus ou moins lointaines, en Ile-de-France, sur le territoire métropolitain, mais aussi aux quatre coins du Monde où l'armée française opérait, en son sein, des postiers militaires à la manœuvre.

C'est bien un nouveau quartier qui émerge en ce mois d'avril 2018, du moins les fondations, et déjà des bâtiments presque achevés, comme sur l'angle de la rue de Reuilly et du boulevard Diderot, en remplacement de l'ancien CIRFA. Idem pour le 34 de la rue de Chaligny où l'ancienne entrée a disparue pour laisser place à un autre bâtiment également en cours d’achèvement. Des activités changent d'endroit, et la mutation d'un arrondissement parisien est en marche, bientôt lors d'un prochain passage sur ces lieux de la mémoire de la Poste aux armées, ce bouleversement architectural laissera place à la quiétude d'un quartier nouveau en recherche d'une identité. Ce fût le cas du côté de Montgallet dans les années 90 sur l'importante emprise de la gare de triage de la SNCF... lorsque le centre de tri des armées était tout juste en construction (90-91) !!

Sens, Patrice Mournetas, le 2 mai 2018.
Poste aux Armees Poste aux Armees Poste aux Armees Poste aux Armees Poste aux Armees Poste aux Armees Poste aux Armees Poste aux Armees Poste aux Armees

Un livre historique sur un grand postier durant la Grande guerre : Augustin-Alphonse Marty

3 avr. 2018

Réformateur par nécessité afin d’éviter la faillite du système postal de l’époque, Augustin-Alphonse Marty est l’inventeur des secteurs postaux, un livre qui devrait plaire à tous les postiers qui ont servis sous les drapeaux jusqu’à la fin de la Poste aux armées (interarmées) en 2015.

Un Postier dans la Grande Guerre : Augustin-Alphonse Marty (1862-1940), réformateur de la Poste militaire / Sébastien Richez ; sous la direction du Comité pour l’Histoire de La Poste. – Bruxelles : P.I.E. Peter Lang, 2017. - Illustrations, couverture illustrée ; 22 cm. – (Collection Histoire de la Poste et des communications. Echanges et territoires. 9)

L’éditeur informe que « cette biographie dévoile la destinée d'un homme qui a contribué à éviter une faillite morale de la nation à la fin de l'année 1914. Aveyronnais, postier, haut fonctionnaire : Augustin-Alphonse Marty fait s'entrecroiser des dimensions humaines, culturelles et administratives d'un service mis à l'épreuve par la guerre. Alors que la course à la mer fait place aux tranchées, le système postal militaire français, au bord de l'écroulement, réclame des transformations urgentes. Patron de la Poste aux armées, sous les ordres du général en chef Jules Joffre, Marty témoigne d'un puissant esprit de réforme. Il sépare le traitement des lettres et paquets, réorganise les modes d'acheminement dont celui des colis postaux, impose davantage de postiers dans la filière militaire, et met en application les décisions tarifaires facilitant les échanges de courrier. Il définit une nouvelle forme d'adressage pour les troupes en campagne, à savoir les secteurs postaux, dont le principe perdure de nos jours, accélérant le tri tout en répondant aux exigences du secret militaire. Les réformes de Marty et son adjoint, un autre postier civil, Alfred Lacroix, chef du bureau central militaire permettent au pays de surmonter le plus grand raz de marée postal jamais connu jusqu'au milieu des Trente Glorieuses. Technicien administratif hors pair ? Audacieux commis de l'Etat ? Fonctionnaire épris d'efficacité ? « Héros » de la Grande Guerre ? Fort de ces traits de caractère, Marty appartient à ceux, anonymes, qui ont permis à la grande histoire de s'accomplir. »

Sens, PM, le 3 avril 2018.

Décès de Michel KNITTEL

28 mars 2018

C'est avec bien de tristesse qu'une nouvelle fois je relaye l'information du décès d'un ancien collègue en la personne de Michel Knittel.
On vient de porter à notre connaissance ce matin, qu'ayant fait un malaise dans la nuit du 26/27 mars, il a été hospitalisé et suite à des complications cardiaques, il aurait succombé.
Bon nombre de nos adhérents auront connu Michel qui a fait la majeure partie de sa carrière à la Poste aux armées aux FFA, plus particulièrement au BFH. Au cours de sa période de détachement au ministère des armées, il aura été désigné sur de nombreux territoires d'opérations extérieures (OPEX). Avec la fin programmé du service de la PAA et la fermeture des bureaux en Allemagne, il regagnera la métropole à Paris tri interarmées/Reuilly-Diderot avec pour affectation un emploi en brigade de nuit. Ensuite il terminera son parcours professionnel à La Poste dans une structure près de son domicile.
Michel Knittel ne faisait pas partie de l'amicale.

Sens, 28 mars 2018, Patrice MOURNETAS

Décès de Georges MALAISÉ

17 mars 2018

Notre amicale est en deuil ! C'est avec une extrême douleur que j'ai l'infime tristesse de vous faire part du décès de notre ancien collègue-camarade et ami Georges Malaisé survenu ce samedi 17 mars. 
Des mots me viennent à l'esprit : impensable, sidérant.. le 12 mars il était juste hospitalisé !
Ancien de la Poste aux armées, notamment aux FFA et en OPEX au Liban et au Tchad, il termina son parcours professionnel à La Poste dans sa région natale. A l'amicale des anciens de la poste aux armées, il était notre secrétaire-trésorier. En bénévoles dévoués et assidus, tous les deux, nous avions reconstitué avec passion cette structure amicaliste émanant de notre ancien  service et le dernier dossier mené à terme était l'immatriculation de notre revue "Le Huchet" au dépôt légal. Quand j'ai reçu son  dernier mail dimanche dernier, c'était bien par une sorte de prémonition qu'il me demandait de surveiller le mail de l'amicale suite à son hospitalisation. Deux jours après les docteurs diagnostiquaient un cancer fulgurant !!
Les mots manquent à cette dure réalité bien difficile à admettre.
Nous perdons plus qu'un amicaliste... fortement impliqué, nous venons de perdre un véritable frère d'armes (interarmées), je perds un copain de 33 ans, mon ancien chef de service au BPM 125 au Liban qui était devenu un ami. Je le pleure.
Patrice Mournetas