// Pour lancer Modaldialog a ouverture du blog // ajouter: onload='window.location.href = '#openModal';' a la fin de la ligne suivante
MENU

lundi 19 juin 2017

Le Huchet 2017

Nous vous présentons la page de couverture de notre prochaine édition de la revue de l'amicale des anciens de la Poste aux armées "Le Huchet" qui initialement devait sortir courant juillet, mais les nombreuses préoccupations d'un jeune retraité et des impératifs divers, font que la réalisation et la mise en page ont été retardées. Afin de patienter, voici la couv', comme ils disent dans le jargon journalistique. N'oublions pas que pendant notre condition de postiers militaires, nous avons servi au sein du ministère de la Défense au service de la Nation, d'où le choix de notre drapeau national pour orner le prochain bulletin du Huchet.
Bonnes vacances à toutes et tous.

Réunion du CA le 17 juin 2017

C'était samedi dernier, 17 juin 2017, que les membres du conseil d'administration de l'amicale de la Poste aux armées se sont réunis dans leur "fief" du douzième arrondissement parisien sous les effets du début de la canicule, qui dans la capitale semblent être encore plus forts.
Le Président, Patrice Mournetas, a ouvert la séance vers 10h30 en remerciant les présents : MM. Frédéric Pontieu, Jean-Claude Cussiny, Georges Malaisé et Bernard Loubic. Le secrétaire, Georges Malaisé a annoncé avoir reçu 2 procurations (Taillefert => Malaisé et Sarrazanas => Mournetas), donc le quorum étant atteint l'assemblée pouvait s'attaquer à l'ordre du jour et prendre les décisions opportunes.
1° point) - Bilan financier 2016 présenté par le trésorier, Georges Malaisé, qui explique le déficit (chronique) constaté de 3 643,25 € dont une part importante représente le coût d'édition et d'envoi par La Poste de notre revue "Le Huchet". Il sera peux-être à envisager, à terme, dans un futur proche un abonnement spécifique comme d'ailleurs le stipule le nouveau règlement intérieur.
2° point) - Bilan des effectifs présenté par le secrétaire, Georges Malaisé, qui explique (comme chaque année) l'érosion des adhérents pour diverses raisons : 15 non règlement de cotisation de l'année en cours, 3 démissions, 5 décès et certains dont on a plus de nouvelle (vu leur grand âge, on présume qu'ils ont rejoint un établissement spécialisé). Au mois de juin 2017, il est comptabilisé 166 adhérents à jour de cotisation. Il est à remarquer l'adhésion de 3 nouveaux sociétaires.
3° point) - Statuts et règlement intérieur. Dépouillement de la consultation faite par courrier et approbation à l'unanimité de la version ré-écrite de façon plus adaptée par M. Michel Guillet qui nous a apporté sa contribution littéraire, qu'il en soit à nouveau remercié.
L'amicale de la Poste aux armées s'appelle désormais : "Amicale des Anciens de la Poste Aux Armées" (AAPAA).
4° point) - Election 2017 : Présentation par le secrétaire de l'échéancier à mettre en oeuvre à ce sujet d'ici la prochaine AG.
5° point ) - Date de la prochaine Assemblée générale : le samedi 25 novembre 2017.

Question diverses :
  1) - UCAPI, on n'oublie pas la détermination des responsables de cette association d'avoir spolié notre amicale et du comité de surveillance de n'avoir pas joué sciemment son rôle !
   2) - Il va être entrepris les démarches utiles afin d'obtenir un numéro de SIRET à l'AAPAA.
   3) - Une convention a été signée entre l'AAPAA et "Pour le Panache".

Fin de séance à 12h15, réunion clôturée par le pot de l'amitié et la prise en commun d'un repas tiré de la carte du restaurant. Il est à noter la venue de Dany Caille, Michel Fillatre, Jean-Michel  Mathias, Olivier Bordas-Morand-dupuch, que nous remercions très chaleureusement.

Photos à venir prochainement.

A Sens, PM le 19 juin 2017.

mardi 13 juin 2017

Décès de Roland BERNARD

Nous découvrons ce matin dans les pages de l'Yonne républicaine un avis de décès qui nous peine profondément.
 


Photo prise en 1992  lors du départ en retraite du colonel Michel Fréhaut.

Photo prise le 21 mai 1968 lors du pot de départ du commandant (assimilé) Roland BERNARD (2ème en partant de la droite) organisé à la direction centrale de la Poste aux armées (DCPA) à l’occasion de sa mutation à la direction de la Poste aux armées du Pacifique en Polynésie française.
Au centre de la photo, de face, le lieutenant-colonel Maurice FERRIER, Chef du service de la Poste aux armées (1965-1971).
Source : Amicale des anciens de la Poste aux armées, PM, le 13 juin 2017.

Général de brigade Roland BERNARD
Directeur central de la poste aux armées
de 1975 à 1989

vendredi 9 juin 2017

21° colloque historique de la FNARH à Métabief.

La FNARH (Fédération Nationale des Associations de personnel de La Poste et d'Orange pour la Recherche Historique) a tenu son 21ème colloque historique à Métabief dans le Haut-Doubs les 17, 18 et 19 mai dernier autour de deux thèmes : "Evolution des structures aux PTT" et "communiquer en temps de guerre". Ce colloque a été organisé en partenariat avec l'UNATRANS (Union Nationale des TRANSmissions).

Légende de la première photo du diaporama : De gauche à droite, Claude Pérardel, Président d’honneur de la FNARH, Alain Gibert, Président de la FNARH, Général Yves-Tristan Boissan, Président de l'UNATRANS, Patrice Mournetas, Président de l'amicale de la Poste aux armées) et Claude Maille, Président de "De Fil en Fibre".

L'amicale de la Poste aux armées invitée dans le cadre de la convention d'amitié et de partenariat était représentée par son Président, Patrice Mournetas. Ces journées furent l'occasion de belles rencontres de personnes exerçant ou ayant exercé à la tête de services plus ou moins connus du grand public et dont l'activité revêtait une certaine importance dans les structures des PTT, maintenant le groupe La Poste, Orange, etc. Je pense notamment à la direction des câbles sous-marins des P & T et l'aventure que fût la pose des premiers câbles télégraphiques transatlantiques et de l'armement des navires câblier (les premiers étaient des navires convertis en câblier avant que ne soit construit l' "Emile Baudot", premier navire construit comme un véritable câblier, actif de 1917 à 1962).

Le déroulement de ces journées bien remplies fût studieux. Jeudi matin, 18 mai à 9h50, Pierre Arcangéli aborda "le service universel des télécommunications". Ensuite Claude Pérardel traita de l'évolution de l'organisation territoriale des télécoms de 1945 à 1995". Il s'en suivit une présentation de "l'évolution des structures" préparé par Thérèse François. La matinée s'est achevée par la présentation de "l'amplitude des circuits basse-fréquence". Le déjeuner a été ensuite pris en commun avant de reprendre l'après-midi le cours du colloque, à savoir : 14h, "Facteur-guichetier, une innovation" par André Brangeon. 14h30, "La création et la fin des groupements postaux sous l'aventure de celui du Velay, puis du Velay-Haut-Allier en Haute-Loire" par Alain André Gibert. 15h, "La télégraphie optique et aérienne du Mont Valérien, (1792-1852)", 15h30, "La mission secrète du navire-câblier Dacia en Atlantique (1915-1916)". Après une pause de 30 minutes, reprise à 16h30 : "La naissance de la télégraphie électrique militaire française de la guerre de Crimée à la guerre franco-allemande (1854-1871)". 17h, "Les mémoires de Savador" par Gérard Fouchard. 17h30, "J'ai failli débarquer à Suez en 1956 avec la section ''Chiffre'' de l'armée de terre" par Claude Pérardel.
Après le dîner, un documentaire très intéressant sur la flore et la faune régionale a clôturé cette première journée.
Le vendredi 19 mai, reprise du programme : 9h15, "Le poste de télégraphie optique militaire du fort du Sapey en Maurienne (73)" par François Charpin. 9h45, "Les télégraphistes et les téléphonistes sur les zones de combats durant la première guerre mondiale" présenté par Nelly Genter. 10h15, "Les trappes et les chambres et florilège" par Jean-Pierre Volatron. 11h, "La télégraphie optique militaire dans le Queyras" par François Charpin.
L'après-midi a été consacré à la découverte des environs de Matabief et afin de mieux digérer le repas, par la visite de la distillerie "Les fils d'Emile Pernot" (rien à voir avec la boisson marseillaise) située à la Cluze et Mijoux. Ensuite direction le Fort Saint-Antoine visiter les caves d'affinage du comté Marcel Petite et surtout déguster ce fromage délicieux. En début de soirée, soleil couchant, des Hôpitaux Neufs, excursion à bord du train touristique et de la voitures restaurant du Coni'fer, authentique wagon-restaurant de l'Orient-Express. Une soirée magique et merveilleuse.
Voici en quelques lignes de biens agréables moments passés en compagnie de membres éminents chers à l'institution de nos origines, de notre passé récent et pour certains du présent !
Patrice Mournetas. A Sens, le 09 juin 2017.

lundi 15 mai 2017

Paris 12°, quartier de Reuilly,
table rase du passé !

Des noms de rues de Paris qui sonnent et résonnent au plus profond de notre mémoire de postiers militaires : boulevard Diderot, rue de Reuilly, rue de Chaligny !! Le diaporama qui est présenté à cet article va raviver bien des douleurs nostalgiques, mais les faits sont là, en ce mois de mai 2017, tout ce qui représentait le centre de tri des armées a été rasé. 
Exit aussi la salle de musculation du Père Noël, le poste de garde, le COMILI, le CIRFA (centre d'information et de recrutement des armées) et surtout le mess qui a su nous prodiguer de hauts moments gastronomiques.
Disparu donc ce bâtiment postal, qui en 1991 lors de son inauguration, était le signe que le ministère de la Défense reconnaissait la nécessaire activité de la Poste aux armées. son irremplaçable utilité tant ses personnels étaient unanimement reconnus par nos frères d'armes pour leur professionnalisme et efficacité. Un gage aussi de s'assurer d'un viatique vital d’existence pour de nombreuses générations à venir de postiers militaires.
Dans ces années 1990, notre avenir semblait tellement garanti que l’insouciance était de mise entre deux séjours OPEX et une certaine routine confortable entre les BPM (bureaux postaux militaires) de province, d'IDF ou au centre de tri de Paris Tri Interarmées, en attendant une future affectation Outre-mer qui ne tarderait pas à pointer.
Le glas a tinté une première fois lors de réalisation de l'audit demandé  par La Défense à La Poste en 2004 suite à des récriminations écrites anonymement de certains collègues qui sciaient inconsciemment en fait la branche sur laquelle ils étaient pourtant si bien installés. Et quand on joue avec le feu, immanquablement on s'y brûle !
Le glas sonnera une deuxième fois lorsque, par voie de conséquence, La Défense envoya un émissaire pour comprendre le fonctionnement du service de la Poste aux armées en la personne d'un colonel devenu par la suite général en remerciement de ses bons et loyaux services de restructuration du service postal des armées. En réalité, il s'imprégnait de l'existant, l'analysa et en arriva à la conclusion qu'il fallait alléger ce service postal par une totale externalisation pour l'étranger et au national conserver les compétences de La Poste civile, notamment les structures du Hub de Roissy.
C'est ce qui fut fait par la création du SPID (service postal à l'international pour la Défense), et là, le glas se mis à carillonner à toute volée.
En ce 22 mai 2015 fatidique, le roulage du fanion de la Poste aux armées sonnait la mise en sommeil de la Poste interarmées. En réalité, la Poste aux armées était morte.
Vive la PAA !
Que vive maintenant l'amicale de la Poste aux armées, jusqu'au dernier des mohicans !
Sens, Patrice Mournetas, 14 mai 2017.